Lettre du 14/04/2021


Mesdames et Messieurs les élus,

Habitants de la Basse-Zorn,


Hoerdt connait un développement fort cette dernière décennie, nous l’avons tous remarqué!

Les créations de zones d’activités, de lotissements d’habitations se succèdent, réduisant petit à petit, sournoisement, une des raisons de notre envie et bonheur de vivre ici: la campagne, la nature, les étendues de verdure et de forêts, l’esprit même du village!

La proximité de Strasbourg et le fait d’être limitrophe avec l’Eurométropole, par la nouvelle zone de Reichstett génère assurément des pressions foncières donc financières... peut-être des convoitises... qui peuvent aisément se transformer en tentations de satisfaire les envies des uns et des autres...


La période tourmentée que nous vivons: pandémie mondiale, réchauffement et dérèglement climatique, disparition de la biodiversité... pour ne citer que ces trois aspects...nous fait tous bien réfléchir à notre attitude et relation à notre planète, et localement notre territoire, ou terroir!


Nous avons découvert à la lecture d’un article des DNA, que la décision de vendre une partie du territoire historique et agricole hoerdtois avait été votée en commission à la Communauté de Commune de la Basse-Zorn, dans le but de créer une zone d’activité.

L’article fait aussi mention de divers lotissements dans nos villages...


Cette décision, bien que votée à l’unanimité, est loin d’être anodine, et touche bon nombre de citoyens, très attachés - sans forcément l’exprimer quotidiennement - à ces lieux chargés d’histoire, comme pour l’hôpital, ou à ces paysages de terres agricoles nourricières depuis tant de siècles, si rapidement éteintes à jamais, pour le confort si relatif de quelques-uns, au détriment de nous tous...

Peut-on accepter qu’en une réunion d’une heure, un petit nombre d’ « élus par les élus » entérinent par leur vote, de telles décisions majeures, aux conséquences irréversibles?


Le projet ainsi voté, donne toute latitude à une société parisienne, spécialisée au départ dans la revalorisation de friches industrielles, pour réhabiliter le site.

Est-ce nécessaire de sacrifier les terres agricoles autour du site de l’hôpital pour qu’une société accepte l’idée de le revaloriser? Qu’adviendra-t-il de l’âme du lieu, de la plupart des bâtiments anciens et de la végétation, de son équilibre naturel, installé depuis bien plus de 100 ans? Est-ce acceptable qu’on en détruise la majeure partie ?

Conserver l’esprit de l’hôpital devrait être la contrainte prioritaitre de l’accord! Valoriser surtout son histoire, pas uniquement en finance! Exploiter le potentiel du lieu en capitalisant sur l’histoire, l’architecture et la localisation à l’écart du village, et non à brader en plus les terres agricoles autour.


Les arguments de conservation des arbres remarquables ou encore les quelques bâtiments comme la chapelle ressemblent à des arguments destinés masquer une toute autre réalité...

Il suffit de faire un tour dans la nouvelle zone de Reichstett, dernière réalisation en date de ladite société pour se rendre compte de ce que serait l’hôpital demain...


Quant à l’argument des 1000 emplois à la clé? Un hoerdtois sur quatre travaillera-t-il là ? non!

En réalité: 1000 voitures 2 ou 4 fois par jour... matin midi et soir! Et dans 10 ans, on nous expliquera qu’il faut faire une contournante de Hoerdt par les petits jardins dans le ried parce qu’il y a trop de circulation et de bouchons aux heures de pointes dans le village...

Ne sommes-nous pas à l’opposé total de l’attitude à adopter pour sauvegarder sinon notre avenir, celui de nos enfants ?


A-t-on envisagé un autre avenir pour l’hôpital, qui ne concernerait que les bâtiments existants ou tout au plus l’emprise actuelle globale du site, plutôt que de créer une vaste zone qui occuperait tous les terrains agricoles de la zone de Reichstett jusqu’à l’autoroute? En réhabilitant l’intégralité des bâtiments de caractère, et en remplaçant éventuellement ceux sans aucun intérêt architectural et inadaptés à une nouvelle fonction... A-t-on cherché des solutions aussi sous un autre angle que l’angle purement financier ou de croissance à tout prix?


A-t-on seulement évoqué l’idée que nous aurons besoin de ces terres agricoles pour nourrir la population, dans un avenir proche, si la tendance du « tout local » devait s’imposer à nous?


Pour ne citer que deux exemples de nouvel usage possible:

Un centre dédié à la création artistique sous toutes ses formes - peintures, sculptures, danses, théâtres, musiques, arts du cirque, spectacles vivants, festivals - idéalement situé à l’écart du village a-t-il été étudié? Pourquoi pas en collaboration avec l’Eurométropole... ou le département? Les bâtiments existants pourraient idéalement servir d’ateliers d’artistes, de salles de répétitions, d’exposition, même de logements d’accueil pour artistes en résidences, stages divers, colonies de vacances à thèmes, spectacles et concerts, ou autres présentations au public, soirs, week-ends… sans que les éventuelles nuisances ne soient gênantes pour les villageois.


Ou encore un centre dédié à toutes sortes de formations ou reconversions professionnelles, centre de formation d’excellence, par exemple... ou même de réinsertion, pour rester dans l’esprit de l’histoire des lieux... Là aussi, l’architecture serait particulièrement adaptée à une grande diversité de type de formations, métiers manuels, pourquoi pas autour du thème du maraîchage… les sujets possibles sont nombreux…


Un tel pôle valoriserait Hoerdt bien mieux qu’une n-ième zone d’activité... et pourrait se limiter à occuper l’emprise actuelle sans déborder sur les terres agricoles voisines.


A-t-on aussi étudié la possibilité de d’abord densifier les zones d’activités existantes, pour éviter d’en créer des neuves? ( qui vont en vider d’autres...)


L’article des DNA fait allusion à de nombreuses idées qui n’ont pas abouti... peut-on en avoir une liste exhaustive?

Les attributions définies à l’occasion de ce vote nous semblent être bien trop importantes pour ne pas être tout au moins soumises au vote du plus grand nombre, à l’occasion d’un référendum ou d’une consultation de la population concernée et impactée.



Avec l’espoir que ces quelques lignes aient pu susciter des prises de conscience, ou tout simplement découvrir une situation, nous vous incitons toutes et tous à partager ce courrier avec le plus grand nombre, ou en écrire d’autres, et dans les prochains temps, à consulter le site de pétition agir.greenvoice.fr pour en signer la pétition. Vous pouvez également écrire un mail à l’adresse bassezornvivant@gmail.com, ou consulter le site www.bassezornvivant.fr en cours de création, dédié à rassembler les éléments et à communiquer sur le sujet global de la « défense du bien-être du vivant de la Basse-Zorn », humain, végétal et animal…


A bientôt !



Publication FaceBook 11/05/2021


Alors que la crise que nous traversons avec la pandémie, nous permet de nous rendre compte de l'importance de l'indépendance alimentaire, des besoins de l'agriculture de proximité, du circuit court, et le besoin vital d'espace de biodiversité.

Les élus du Département, de la communauté des communes de la Basse-Zorn, comme beaucoup d'autres villes et villages sur notre canton, continue de promouvoir l'étalement Urbain, l'artificialisation des terres agricoles par la construction de nouveaux quartiers ou de zones industrielles sans concertation avec les habitants.

Comment vont faire nos maraîchers qui ont besoin des terres pour une ou plusieurs récoltes puis qui vont cultiver ailleurs pour laisser le sol se régénérer si nos élus préfèrent la bétonisation et les rares agriculteurs produisant du Bio dans notre village de Hoerdt sont obligés de laisser leur terre cultivées en bio à cause de l'aménagement foncier.

Il faut freiner toute cette frénésie immobilière.

Soutenons les agriculteurs qui veulent garder les terres agricoles pour le bien commun.

Non à la bétonisation des terres agricoles dans le projet de construction d'une nouvelle zone industrielle autour de L'EPSAN, l'ancien Hôpital de Hoerdt.

Oui à la concertation et au développement de projets durables.

Publication FaceBook 21/04/2021



NON POUR UN BLANC SEING A UN PROJET PREVU A HOERDT SANS CONCERTATION PREALABLE AVEC LA POPULATION ET LES ASSOCIATIONS.

Je découvre aujourd'hui grâce à un article dans les DNA, le projet que les élus de la communauté des communes souhaiteraient voir naître et remplacer notre hôpital L'EPSAN situé à l'entrée de Hoerdt en face de la nouvelle et merveilleuse zone qui vient de voir le jour à la place de la raffinerie.(c'est de l'ironie vous l'avez compris)

Si je lis bien le procès verbal de la séance du conseil de la communauté des communes du 22/03 l'idée est de vendre l'ancien Hôpital avec une partie de terre agricole, à la même société qui a développé la grande zone à la place de la raffinerie.

Allons-nous encore accepter une bétonnisation de nos sols la destruction de zone de culture agricole, la destruction d'espace de biodiversité et sans compter les désagréments liés au développement d'une nouvelle zone avec ses besoins en logistique et déplacement en voiture pour se rendre sur son lieu de travail.

Avant de vendre ce bel endroit rempli de souvenirs, avant de détruire des terres agricoles, 《à un prometteur qui va nous promettre monts et merveilles pour la sauvegarde de la biodiversité, de l'utilisation de matériaux écologiques de plantation d'arbres et de plantes de développement de piste cyclables 》

Nous pourrions peut-être laisser derrière nous ce vieux modèle de développement et de gouvernance et demander aux habitants leur vision et leureur souhait pour la transformation de cet endroit.

Nous pourrions peut-être garder ce lieu avec ses bâtiments historiques, la végétation luxuriante et sauvage et les arbres centenaires, créer un espace ouvert de vie et de culture. Veiller à la valorisation d'un patrimoine au lieu de le détruire le remplacer par des bâtiments en tôle.

J'espère que comme moi vous ne souhaitez pas pour nous et les générations futures un village de béton et macadam. Mais un village avec s'est tradition ,un village ou il fait bon vivre , qui ne souffrira pas de l'urbanisation et de la course au foncier quoi que ça coûte.

bassezornvivant.fr
collectif de défense du bien-être du vivant dans la Basse-Zorn, vivant humain, animal et végétalaccueil.htmlaccueil.htmlaccueil.htmlaccueil.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2